John Doe
Nouveau joueurSe connecter

Les dernières sorties bande dessinée Roman graphique

couverture bande dessinée Dans l'ombre de Don Giovanni

Dans l'ombre de Don Giovanni

Dernière sortie bande-dessinée dans la catégorie , découvrez l'album Dans l'ombre de Don Giovanni et sa critique. Lorenzo da Ponte était destiné à entrer dans les ordres, mais il les quitta vite et vécut de façon brillante et quelque peu dissolue. Ami de Mozart, il composa avec lui trois opéras avant de terminer sa vie à NY. Une BD qui nous fait voyager !Clément Baloup et Eddy Vacaro sont deux auteurs complices, puisqu'impliqués ensemble dans un collectif d'auteurs joyeusement appelé le Zarmatelier. Avec cet album, ils proposent de retracer l'essentiel de la vie, particulièrement riche en péripétie, de Lorenzo Da ponte. Cet homme qui se forgea un destin fascinant, né juif et officiant un temps comme prêtre de l'église catholique, en fut renvoyé pour ses idées progressistes et en particulier son goût pour les travaux de Rousseau. Puis il partit à Venise, où il vécu une vie dissolue, se liant d'amitié puis se brouillant avec Casanova. Ses frasques lui valurent d'y être poursuivi par l'Inquisition. Il partit alors à Vienne et obtint la protection du Roi Joseph II. C'est là qu'il travailla comme librettiste des compositeurs de la Cour, dont Salieri. Mais on retiendra surtout de lui sa rencontre avec Mozart et le travail qu'il fit avec lui, en composant en deux mois Les Noces de Figaro et Don Giovani puis enfin Cosi fan tutte. Puis à la mort de l’Empereur, ce fut un nouvel exil, vers Londres, avant enfin d'atteindre New-York, où il connut une sorte de mécène, Clément Clarke Moore (l'inventeur du Père Noël), qui finança sous son impulsion la construction du premier opéra de la ville, le fameux Metropolitan Opéra. 90 années bien pleines et jalonnées d'extraordinaires réussites et de persécutions, que les auteurs retranscrivent grâce à de nombreux flashback situés dans les villes où il vécut. Clément Baloup, avec ses aquarelles, retranscrit ainsi tantôt la douceur de vivre que les tourments, notamment amoureux, de cet homme au destin hors du commun et à qui l'album rend un remarquable hommage. Une lecture distrayante et à la fois instructive.
couverture bande dessinée Longue vie

Longue vie

La bande-dessinée 'Longue vie' est le nouvel album à découvrir. La critique est à vous. Suite au massacre des siens, un simple berger rejoint une bande de brigands et multiplie les aventures, jusqu’à devenir un roi respecté. 200 « tableaux » pleines pages dessinées au rotring avec moult détails : une expérience graphique originale !Pour son propos central, Longue vie va vous paraître quelque peu basique. C’est en effet l’histoire d’un berger qui, suite au massacre de sa famille, va rejoindre une bande de brigands ; puis, au fil d’aventures nourries, gravir les échelons des responsabilités jusqu’à devenir un roi respecté. Une Longue vie réussie et bien remplie, en somme. Néanmoins, c’est la manière avec laquelle Stanilas Moussé nous raconte cela, qui fait l’originalité de cet épais album en noir et blanc. En effet, Moussé dessine l’ensemble à l’aide d’un simple rotring, avec un minimum de masses noires et un maximum de détails dessinés à l’aide d’un style simple, en pointillisme ou à l’aide de petites hachures pour les effets de « motifs ». Tous les personnages et la nature composent à chaque fois un tableau complexe, mis en scène de loin, au sein d’un décor majestueux cadré en plongée… Mais une vue qui a beaucoup perdu de sa profondeur, comme avant la découverte de la perspective – le personnage au premier plan, donc en bas, est généralement de la même taille que celui en arrière-plan, donc en haut. En outre, le découpage séquentiel est basique et immuable : une illustration pleine page à chaque page. Etant donné que la narration est 100% muette, les pages se tournent donc vite, mais il y en a tout de même 200, ce qui aboutit à une certaine densité tout de même. A priori, on pourrait craindre que ce « système graphique » n’aboutisse à une lecture fastidieuse… il n’en est rien. Malgré son inexpressivité et la faiblesse du contexte (globalement médiéval fantastique… façon Game of thrones !), on s’attache à ce personnage, à son courage et à son destin. L’œil parcourt les planches avec le même plaisir amusée que s’il jouait à Où est Charlie ?, une vraie grande aventure en plus.

Trier par univers

( 0 filtres)^

Tri par âges

(0 filtres)^

devenir rédacteur
classement bande-dessineeClassement
graphic-novel
incontournables bande-dessineeVos incontournables
graphic-novel
bande-dessinee
Se déconnecter ?

Vous êtes sûr de vouloir vous déconnecter?

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir des notifications de votre actualité en temps réel...



Si vous pensez que d'autres personnes peuvent avoir accès à votre interface,
nous vous conseillons de fermer cette session ;)

Vous gagnez un trophée!
Ocean
Hé oui, ce site utilise des cookies.
C'est surprenant : en savoir plus.

Je l'accepte