John Doe
Nouveau joueurSe connecter

X-Men : Dark Phoenix - L’échec du réalisateur Simon Kinberg

bannière X-Men : Dark Phoenix - L’échec du réalisateur Simon Kinberg
ComicsActualité



Actualité comics X-Men : Dark Phoenix - L’échec du réalisateur Simon Kinberg

Le très attendu X-Men : Dark Phoenix est récemment sorti dans les salles et celui-ci ne semble pas avoir le succès escompté...



« Le film n'a clairement pas réussi à se connecter avec le public qui n'est pas allé le voir, et il n'a pas assez fonctionné avec ceux qui l'ont vu. Donc c'est de ma faute » Simon Kinberg.

Un flop monumental


Véritable flop commercial au box-office américain, X-Men : Dark Phœnix ne semble pas avoir connu le succès escompté. De ce fait, Simon Kinberg, réalisateur, est venu faire son mea culpa.

Avec seulement 50 millions de dollars de recette aux Etats-Unis depuis sa sortie, le dernier X-Men ne répond pas aux attentes initiales de Fox. De plus, les chiffres au niveau international sont tout aussi affligeants.

Néanmoins des signes avants-coureurs avait été perçus. En effet, entre calendrier délicat, promotion cahoteuse, reshoots dans l’urgence, le film semblait être sur la mauvaise voie ce qui semble s’être confirmé à sa sortie en salle. A ce sujet, Kinberg déclarera : « J'ai toujours pensé que nous avions une date de sortie compliquée pour ce film, ce n'était pas un film de super-héros classique, c'était un film beaucoup plus petit, dramatique, intimiste. A la base, il devait sortir en novembre dernier, puis en février, et je pense que c'était des dates beaucoup plus appropriées »

Néanmoins, le réalisateur ne perd pas espoir et ne déteste pas pour autant son travail : « J'ai aimé faire le film, et j'ai aimé ceux avec qui je l'ai conçu. J'aime ces personnages. J'aime cet univers. Je suis très enthousiaste à l'idée de voir ce que Marvel en fera »

Un scénario reflétant l’évolution chaotique de la franchise X-Men


Depuis ses débuts dans les années 2000, la franchise a été ballottée entre rétropédalage, prequel et constante réécriture. Ainsi, malgré de nombreux arcs majeurs inspirés des Comics, Dark Phœnix constitue un véritable remake de X-Men : l’Affrontement final (2006). De plus, et pour ne pas arranger le tout, la licence est racheté par Disney, conduisant à ce que toute la fin du film soit retournée.

Concernant le film en lui-même, c’est indéniable : il est fade, plat, et on ne s’intègre pas assez à l’action. Tout est accéléré, rendant incohérent le tout, comme s’ils avaient eu envie d’arriver rapidement à la fin. Aucune émotion n’arrive jusqu’au spectateur.

La dérive de Jean Grey en Dark Phœnix avait déjà été annoncée dans Apocalypse lorsqu’elle était submergée par ses pouvoirs afin de sauver la situation. Mais tout cela, ces enjeux, ont été grossièrement simplifiés : en effet, Jean dérive beaucoup trop rapidement ; de même, son histoire d’amour avec Scott n’est traitée que superficiellement, sans aucune profondeur. Même Magnéto ne semble avoir aucun intérêt dans l’intrigue ; de même pour Mystique utilisée pour les mauvaises raisons.

Les seuls qui semblent sauver la mise sont Charles Xavier et Hank McCoy, même si ce n’est qu’un écho redondant à X-Men : Days of Future Past.

logo twitter citation article Le dernier X-Men ne répond pas aux attentes initiales de Fox...

Commentaires

comics
Se déconnecter ?

Vous êtes sûr de vouloir vous déconnecter?

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir des notifications de votre actualité en temps réel...



Si vous pensez que d'autres personnes peuvent avoir accès à votre interface,
nous vous conseillons de fermer cette session ;)

Vous gagnez un trophée!
Ocean
Hé oui, ce site utilise des cookies.
C'est surprenant : en savoir plus.

Je l'accepte