John Doe
Nouveau joueurSe connecter

Goat of Duty, un jeu original et totalement décalé

bannière Goat of Duty, un jeu original et totalement décalé
Jeu VidéoActualité



Actualité jeux-video Goat of Duty, un jeu original et totalement décalé

La chèvre tueuse est de retour, pour le plus grand bonheur de tous !



Découvert avec Goat Simulator, ce concept de jeu totalement déjanté avec des chèvres revient en force avec le titre Goat of Duty. Malgré un nom faisant penser à une parodie plutôt qu’à quelque chose de véritablement sérieux, le gameplay du jeu tient, ici, parfaitement la route, en s’inspirant, notamment, de Quaker ou encore d’Unreal Tournament.

Vendu à moins de sept euros, les fans du genre pourront se l’offrir sans risque d’endettement, et profiter des six maps et quatre modes préexistants. Attention, le jeu étant encore en accès limité, il se pourrait bien qu’il prenne de l’ampleur à sa sortie.

Ce jeu vaut-il le coup ?


Au premier abord, ce nouveau jeu de chèvres peut, en effet, nous donner l’impression d’une vaste blague sans but précis. En effet, le sérieux du jeu est largement impacté par le titre, le logo parodiant à merveille ceux militaires, le menu doté d’une mode rage quit, et enfin, les différentes astuces et idées totalement déjantées qui s’affichent à l’écran durant les phases de chargement.

Néanmoins, les développeurs nous proposent ici un véritable fast FPS multi joueurs. Les déplacements sont rapides, les sauts, à l’instar des chèvres, élevés, permettant aux joueurs de se propulser d’un bout à l’autre de la map. Les déplacements sont donc un véritable atout dans le jeu qu’il faut parfaitement maîtriser.

Attention toutefois, aucun mode solo n’est ici disponible. Les seules choses disponibles en mode solo sont les entraînements. En outre, les six maps existantes proposent un large choix de décors : une ferme, des montages, un désert, un puits façon horreur, un village médiéval, et une station spatiale.

Pour ceux qui auraient imaginer les chèvres tenant dans leurs petites pattes les armes, détrompez-vous ! En effet, malgré un côté loufoque, les développeurs ne sont pas allés jusqu’à là … Les chèvres sont munies d’un harnais auquel est attaché l’arme choisie. De ce fait, tout rechargement manuel des armes est proscrit, ce qui semble compensé par trois choses : le fait de pouvoir bêler à volonté, qui certes, est peu utile mais drôle ; le fait de pouvoir charger tel un bélier permettant de faire perdre des points de vie aux ennemis et les projetant en arrière, ce qui peut très bien leur être fatal ; enfin, vous pouvez simuler votre mort tel un cadavre inanimé à même le sol.

Huit armes différentes sont, pour le moment, répertorier dans le jeu : l’onde de choc, le lance-pique, le lance-flammes, le lance-pieux, le lance-scies, le lance-grenades, le lance-roquette et, enfin, le canon électrique.

Verdict ?


L’attrait de ce jeu repose véritablement sur la possibilité de jouer une chèvre, d’affronter d’autres chèvres avec une chèvre, armé de surcroît, de bêler comme une chèvre ou encore de faire la morte comme une chèvre. Enfin bref, vous l’aurez compris : à vous de devenir une chèvre.

Néanmoins, quelques petits points viennent noircir le tableau : à savoir qu’il manque cruellement d’un mode solo ainsi que de contenus, et que le matchmaking laisse clairement encore à désirer.

logo twitter citation article L’attrait repose sur la possibilité de jouer une chèvre armée, d’affronter d’autres chèvres, de bêler comme une chèvre ou encore de faire la morte comme une chèvre.

Commentaires

jeux-video
Se déconnecter ?

Vous êtes sûr de vouloir vous déconnecter?

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir des notifications de votre actualité en temps réel...



Si vous pensez que d'autres personnes peuvent avoir accès à votre interface,
nous vous conseillons de fermer cette session ;)

Vous gagnez un trophée!
Ocean
Hé oui, ce site utilise des cookies.
C'est surprenant : en savoir plus.

Je l'accepte