Bande dessinéeMangasComicsJeux de sociétéJeux vidéoFilms
John Doe
Nouveau joueurSe connecter

Test de Exit : La Cabane Abandonnée

Test Jeu de société

Exit : la cabane abandonnée, l’escape game facile ?

par Bbgumz

Exit : La Cabane Abandonnée


Type: Jeu de base
Style: deduction - cooperatif
Categorie:
Date:
Durée de lecture:
15 min
Condition de test
Durée de notre partie: 90 min
Nombre de joueurs impliqués: 4
Version du jeu: Exit, la cabane abandonnée d’Iello
Type de testeur: chevronné

Aucune extension connue.
devenir rédacteur

On assiste depuis quelques années à un véritable engouement pour les escape games. Alors qu’on peut dire que le genre se développe bien avec des références parfois bof bof, certaines franchises s’en sortent tout de même mieux que d’autres. La saga Exit fait partie de ces titres qui ont acquis une belle réputation avant même les sorties officielles. Dans le lot, 3 scénars : la cabane abandonnée, le laboratoire secret, et le tombeau du Pharaon. Nous étions 4 à avoir passé 90mn sur la première version, et on vous dit ce qu’on en pense.


Le concept du jeu

La cabane abandonnée reprend les bases de l’escape room like, et nous met un peu dans le décor d’un film d’horreur à petit budget. Tout y est : la voiture qui tombe en panne en pleine nuit et au beau milieu de nulle part, la cabane qu’on trouve par hasard en pleine forêt, et 4 têtes de mule qui n’ont pas compris la règle de survie numéro 1 : ne pas entrer dans une cabane abandonnée.
C’est donc le lendemain matin qu’on se rend compte que la pièce est fermée à clé, et que les fenêtres barrées empêchent la sortie. Le descriptif nous fait donc savoir que le seul moyen de sortir est de résoudre les énigmes grâce aux objets qui sont mis à disposition. Pour retrouver la liberté, il faudra savoir jouer en équipe pour trouver et interpréter chaque indice.

La découverte du paquet

Je mets un point d’honneur à décortiquer le packaging des jeux, parce qu’on ne va pas se mentir : personne ne veut savoir ce qu’il se cache dans un carton moche. Sur la cabane abandonnée, la boite a un joli rendu, et met en avant le scellé de la porte, ainsi qu’une montre. Le fini n’est pas wow, mais reste bien pensé, et résume assez bien le jeu.
Elle donne aussi les principales informations, dont le nombre de joueurs recommandés, l’âge minimal pour jouer et la durée moyenne d’une partie. L’escape room like d’Iello fait simple mais efficace. Quant à son contenu, il n’est pas mal fourni : un livret de règles, accompagné d’un décodeur et de 86 lames. Ces dernières comptent des cartes énigmes, aides, et réponses.
Le paquet contient aussi un carnet de notes, et 3 objets étranges qui portent bien leur nom. Ces objets sont des cartes dont les milieux sont découpés en des formes bien particulières. Au premier abord, on ne sait pas vraiment comment s’en servir, mais l’essai nous a montré qu’on ne peut s’en passer.

On débute la partie

Nous n’avons commencé la partie qu’après avoir survolé le livret de règles. Je peux dire que les bases sont plutôt compréhensibles, et que même les néophytes n’auront pas de mal à s’y retrouver. On découvre donc la pièce dans laquelle on est censés être enfermés, et faisons face à la première énigme…
La cabane abandonnée offre une chaîne assez logique, dans lesquelles les énigmes se suivent et se complètent. Dès les premiers éléments à résoudre, on se rend compte que la difficulté ne pourra qu’augmenter à chaque étape. Et à chaque étape, on découvre des codes à entrer dans le disque pour faire apparaître un nouveau chiffre.
Premier point à noter : il ne faudra pas croire que les énigmes sont faciles ! Les premières minutes nous ont appris que les réponses sont souvent évidentes, parfois un peu trop « scolaires ». Il faut tout de même une bonne dose de logique pour trouver la clé sur certains passages. Des petits indices vont venir se poser ici et là pour faciliter la résolution, mais ne paraîtront pas claires du premier coup.

Des solutions plus ou moins simples

Cette version d’Exit est réputée pour être la plus simple à achever. Ça nous fait tout de même une belle jambe, quand on sait qu’une escape game met généralement la pression. Pour donner de la profondeur à l’univers, nous avons décidé de mettre un chrono et une musique de fond bien angoissante.
Le jeu est collaboratif, et peut être bien-être entamé par équipes de deux. C’est ce que nous avons fait, histoire de tester les possibilités, sans pour autant dépasser le nombre recommandé. Nous nous sommes rendu compte qu’il était facile de constituer des équipes plus conséquentes, plus nombreuses, et que le nombre de joueur mentionné peut vite être dépassé.
Pareil, les 45 à 90mn annoncées sont de la gnognote quand on est vraiment à fond dans le jeu, et qu’on a à tester toutes les idées qui tombent en même temps. Le constat est rapide : mieux vaut ne pas dépasser les 6 joueurs si vous ne voulez pas que ça parte en bain de sang. Ce serait le meilleur moyen de ne plus s’entendre, et de suivre des fils d’idées aussi inutiles que stupides *ahem*.

Le one shoot à l’honneur

Comme je l’ai mentionné plus haut, nous avons survolé le manuel avant de commencer la partie, en ne nous intéressant qu’aux parties qui nous semblent les plus utiles. Idée tellement belle qu’elle semble avoir été ramassée sur le trottoir, puisque vers la moitié du jeu, on se retrouve inévitablement bloqué.
10, 15mn à tourner et retourner les cartes sans trop savoir ce qu’on peut bien rater, alors que tout est là. Arrachage de cheveux oblige, parce que ma grosse fierté me dit d’abord de ne pas consulter le livret des règles avant d’avoir tout tenté. Il aura pourtant bien fallu que je m’y remette quand mes coéquipiers ont sérieusement commencé à gueuler.
Alors oui, le petit manuel traître signale bien des consignes en plus ! Et celle-ci incitent carrément à découper les cartes ou d’écrire dessus. WHAAAT THE HELL IS GOING ON ?! Après lecture et relecture et re-re-lecture, il s’est avéré que l’acte de barbarie est juste inévitable. Sérieux quoi : rien que de penser que les ciseaux aillent découper mes 18€ en morceau, j’en ai des larmes aux yeux.
Je pense donc que plier les cartes n’est pas une mauvaise idée, mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus pratique. Tant pis : on continue comme ça, et on parvient ENFIN à trouver les bonnes combinaisons, et de chercher la bonne combinaison avec les objets étranges. Je ne pensais pas que l’aspect one shot du jeu était aussi radical ! D’accord, La cabane abandonnée ne peut se jouer qu’une fois… mais de là à tout mettre en lambeau, je trouve que c’est du gâchis.

Des énigmes pas toujours fines

En dehors de cet acte de barbarie sans nom, nous avons aussi noté que les énigmes ne sont pas toujours ce qu’il y a de plus fin. Beaucoup sont de véritables casse-têtes, mais on n’est pas à l’abri du truc bourrin par pure définition. Et d’autres fois, on tombe sur des quêtes à la Dora qui réduisent un peu le trip. En notant que le scénar de la cabane représente le niveau « easy » des aventures, on est donc restés indulgents sur ces petits ratés.
Heureusement, les petites suggestions qui indiquent subtilement quelles directions prendre pour résoudre les énigmes avec une main derrière le dos… ou pas, parce qu’il faut aussi avoir l’œil. Le rôle des cartes aide et solution me semble donc superflues, parce qu’on a très bien pu terminer la partie sans les utiliser, ni même penser à les consulter. Elles seront cependant utiles si pour les joueurs les plus jeunes. On retient aussi que le chrono n’est pas obligatoire, puisque les concepteurs nous facilitent (un peu trop ?) la vie.

Exit La Cabane Abandonnée , en résumé

Les points positifs
On ne s’est pas embêtés pour trouver les bons points sur cette escape room like :
-          Les énigmes sont globalement bien foutues
-          L’esprit escape est bien présent sur plateau
-          La durée des parties ne dépend que de votre rapidité à trouver les solutions
-          La logique et l’analyse sont indispensables
Les points négatifs
Eh oui : la cabane a aussi des défauts ! Le plus marquant est l’impossibilité d’y rejouer, car LES CARTES SONT À DÉCHIRER, grrrrrrrrr… un véritable foutoir, du terrorisme émotionnel duquel je ne me remets toujours pas. Les mauvais points concernent aussi :
-          Le scénar dépourvu de réelle histoire
-          Quelques passages mal conçus


Conclusion

Exit La Cabane Abandonnée est une escape game qui mérite qu’on s’y intéresse. Le mélange respect bien le principe de ce genre de jeu, et l’expérience vaut le détour. Il n’est cependant pas extraordinaire, et limite les possibilités avec son décor unique. Attention aussi aux émotifs, car il ne convient pas à ceux qui n’auront pas les cojones de se servir de leurs ciseaux !
16Note générale
14Matériel / Design
17Gameplay / ambiance
Auteur BBgumz
Bbgumz
Membre
Sérivore et cinéphile, amatrice de comics, de shonen et de jeux en tous genres, ma vie se résume à décortiquer toutes les oeuvres qui me passent sous les yeux. J'ai grandi avec l'idée que tous les supports peuvent offrir des mindgames hallucinants quand on sait s'en servir. Mes passions : League of Legends, les marathons série eeet les casse-têtes géants. Mon projet : enchaîner le plus d' œuvres possibles pour devenir une encyclopédie humaine... Le chemin est encore loin, mais allez : on y CROIT !
jeux-de-societe
Se déconnecter ?

Vous êtes sûr de vouloir vous déconnecter?

Si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir des notifications de votre actualité en temps réel...



Si vous pensez que d'autres personnes peuvent avoir accès à votre interface,
nous vous conseillons de fermer cette session ;)

Vous gagnez un trophée!
Ocean
Hé oui, ce site utilise des cookies.
C'est surprenant : en savoir plus.

Je l'accepte