Prochain niveau: 2 EXP

couverture bande-dessinee La ville des morts 2/2

La ville des morts 2/2

Les Souris de Leningrad T2

Date de parution : 8 janvier 2021

Éditeur : Zéphyr
Coloriste : de Caju
Collection : -
Série : Les Souris de Leningrad
Catégorie : Guerre
Public : 18
Isbn 9782361182687

Description de La ville des morts 2/2

En janvier 1962, un individu met en panique l’opéra de Leningrad, alors en pleine représentation publique. Il dégaine une arme puis il est aussitôt arrêté par la police. Dans le bureau de la femme commissaire qui l’interroge, il se met à parler en racontant sa vie, et en commençant par son enfance ! Patiente, la commissaire l’écoute, tandis que la violoniste soliste du concert, une certaine Kalinka Alexandrovna, se pointe elle aussi au bureau de police. Elle présente à l'officier de faction l’arme qu’elle a retrouvée : un faux pistolet en bois. Dans ces conditions, elle croit savoir qui est ce terroriste. Elle fait le forcing auprès de l’officier et parvient à gagner la salle d’interrogatoire. L’individu la reconnait aussitôt et l’appelle par son surnom : « Bonsoir Anka ». 21 ans plus tôt, Anka était déjà à Leningrad, intempestivement bombardée par l’armée allemande. L’hiver était rude, la famine sévère. Certains profitaient de tickets de rationnement, la plupart pouvait geler et crever la bouche ouverte. Grygori, Piotr et Maxime tentaient leur chance à la pêche, à travers l’épaisse glace du port. Un bombardement ennemi leur procurait alors un petit bonheur : une pluie de poissons morts ! Mais chacun, dans leur cadre familial, vivait l’enfer. Une voisine avait par exemple dépecé le chien de Grygori pour le faire bouillir. Piotr, lui, brûlait le parquet et les encadrements des œuvres du musée de l’Ermitage, où sa mère avait été guide, pour ne pas mourir de froid…

Critique de La ville des morts 2/2

Quatre ados russes et amis tentent de fuir Leningrad, en proie à la famine organisée par l’Allemagne nazie en janvier 1941. Conclusion tragique d’une histoire de guerre rocambolesque et passionnelle… à la russe !A l’instar des Enfants de la Résistance (au Lombard) ou de la Guerre des Lulus (chez Casterman), ces Souris de Leningrad sont un groupe de 4 amis d’enfance qui doivent affronter les affres de la seconde guerre mondiale. La différence est que le point de vue est ici russe, avec tout ce que cette civilisation peut avoir de coriace et de passionnel. Par exemple, dans le premier tome, l’un des copains crevait un œil à l’autre, mais ils restaient amis. Plus tard, ils défiaient la mort en traversant un champ de bataille rempli de blindés allemand, puis rendaient la pareil en tirant au canon sur les boches… Même pas mal. Tout au long du flashback d’un interrogatoire de police mené en 1962, on retrouve dans ce second et dernier volet les trois garçons amoureux de la même fille, durant le terrible hiver 1941. Terrible, car l’Allemagne nazi mène une guerre de siège impitoyable sur Leningrad, afin d’affamer la population – ce conflit fit 1,8 millions de victimes, au bout des 3 années de siège ! Nos « souris » résistent, perdent leurs proches, fuient et s’en tirent beaucoup moins bien, et surtout bien moins soudés, comme on le devine par la confrontation entre Anka et l’un des garçons, 21 ans plus tard. Cette histoire un brin rocambolesque scénarisée par Jean-Claude Rijckeghem a surtout le mérite de nous faire découvrir l’horreur du siège de Leningrad, à travers le dessin soigné et réaliste de Thomas du Caju. Ses décors urbains et ses bâtiments de guerre ultra réalistes (bateaux, blindés, locomotives) sont des modèles du genre.

9Note générale
11Scénario / ambiance
9Illustration / couleur
Vous devez vous connecter afin de proposer une critique.
Il n'existe aucunes critiques pour cette bande-dessinée... Vous devriez peut-être vous en méler non?
Vous auriez un bonus XP, plus d'influence, et la gloire éternelle (probablement)!
devenir rédacteur

Comparateur bande dessinée

Trouvez le meilleur prix

Extraits

Photos 30

bande-dessinee