Data Games nécessite l'utilisation de javascript pour mieux vous présenter ces univers bande dessinée, jeux vidéo, manga, comics, films et jeux de société.

Prochain niveau: 2 EXP

couverture bande-dessinee Commissaire Griot

Commissaire Griot

Les Nouvelles enquêtes de Ric Hochet T5

Date de parution : 23 avril 2021

Éditeur : Le Lombard
Collection :
Série : Les Nouvelles enquêtes de Ric Hochet
Catégorie : Policier
Public : 18
Isbn 9782803677726

Votre bibliothèque

Votre avis sur l'album

Description de Commissaire Griot

Ric et Nadine rentrent à Paris d’une semaine de sports d’hiver. Ils récupèrent leur courrier dans le hall de leur immeuble, rejoignent leur appart, puis Ric se prend un bon bain délassant. Quelqu’un tambourine soudain à leur porte : c’est la concierge, en pleine crise de panique. Elle vient de retrouver un voisin, un ancien prêtre exorciste, assassiné dans son appartement du dessous. La scène a de quoi faire froid dans le dos : la poitrine du prêtre a été incisée et le macchabée tient son cœur dans sa main. Nadine prévient aussitôt la Police Judiciaire par téléphone, où son oncle Bourdon est commissaire. A la grande surprise du couple de journalistes, le commissaire qui arrive cinq minutes plus tard, en compagnie de l’inspecteur Ledru, est noir. Il se présente, Ousmane Dior, et il remplace Bourdon parti enquêter quelques semaines au Sénégal, dans le cadre d’un échange international de polices. Le commissaire Dior a une personnalité folklo : il a le cuir tanné, le sens de la répartie, et il est musulman un jour sur deux, catholique l’autre jour. Il fait aussitôt le rapprochement avec une série de crimes a priori passionnels : des femmes retrouvées poignardées en plein cœur, accompagnées d’une lettre d’amour, avec des initiales taillées en lettres de sang sur la poitrine. La presse a logiquement surnommé ce serial-killer : Cupidon…

Critique de Commissaire Griot

Aux côtés d’un commissaire sénégalais, Ric et Nadine enquêtent sur un serial killer qui extrait les cœurs de ses victimes ou leur transperce la poitrine avec des lettres d’amour. Une enquête jouissivement extravagante, quelques pics antiracistes en prime.Ce cinquième épisode des « nouvelles aventures » de Ric Hochet est le premier à paraître après la mort du scénariste historique de la série, Andre-Paul Duchâteau, qui avait passé le relai de la série à la mort de Tibet. Leurs successeurs, Zidrou et Simon Van Liemt, lui rendent hommage en préambule, puis laissent place à la nouvelle intrigue. Celle-ci joue sur plusieurs fils en parallèle. D’une part, Ric doit composer avec un autre commissaire que son Bourdon habituel, un commissaire sénégalais… donc noir. Une couleur de peau qui suscite quelques émois nauséabonds, dans le contexte des années 60 où se déroule l’intrigue. On découvre entre autre un Ledru raciste, ce qui est raccord avec la beaufitude du personnage, déjà du temps de Duchâteau & Tibet. D’autre part, pour honorer le jumelage inter-police qui vaut à un commissaire sénégalais d’enquêter à Paris, Bourdon, enquête lui aussi sur une affaire de meurtre à Dakar. Celle-ci représente une enquête vraiment secondaire, par rapport à celle parfaitement flippante et invraisemblable à laquelle se confrontent Ric, Nadine et le commissaire Dior. Il est en effet question de possessions démoniaques, d’un serial-killer qui transperce ses victimes avec des lettres d’amour (comme Cupidon), d’extractions d’organes cardiaques placés entre les mains d’autres victimes… en ce qui ressemble à un macabre cercle de vengeance – une thématique récurrente chez Ric Hochet. C’est parfaitement glauque, mais ça ne répugne pas plus que ça Ric, Nadine et Dior, qui mènent leurs investigations à la manière d’un bon p’tit polar cohérent. Les meurtres et la narration ont tout ce qu’il faut d’extravagant, là encore pour respecter le « ton » Ric Hochet. Les nombreux dialogues, pleins de malice et de sous-entendus, permettent de conserver une forme de légèreté légèrement cynique. Au dessin, qui s’inscrit au sein d’un découpage serré, Simon Van Liemt fait parfaitement le job, à l’aide d’une griffe semi-réaliste « néo-tibétaine » idoine.

Auteur de la critique

13Note générale
11Scénario / ambiance
11Illustration / couleur
Vous devez vous connecter afin de proposer une critique.
Il n'existe aucunes critiques pour cette bande-dessinée... Vous devriez peut-être vous en méler non?
Vous auriez un bonus XP, plus d'influence, et la gloire éternelle (probablement)!
devenir rédacteur

Comparateur bande dessinée

Trouvez le meilleur prix

Extraits

Photos 30

bande-dessinee