Data Games nécessite l'utilisation de javascript pour mieux vous présenter ces univers bande dessinée, jeux vidéo, manga, comics, films et jeux de société.

Prochain niveau: 2 EXP

couverture bande-dessinee Un cow-boy dans le coton

Un cow-boy dans le coton

Les Nouvelles aventures de Lucky Luke T9

Date de parution : 23 octobre 2020

Éditeur : Lucky Comics
Illustrateur : Victor Hubinon
Collection :
Série : Les Nouvelles aventures de Lucky Luke
Catégorie : Western
Public : 18
Isbn 9782884714655

Votre bibliothèque

Votre avis sur l'album

Description de Un cow-boy dans le coton

Lucky Luke est attablé avec des amis dans le saloon de Nitchevonada, une bourgade paisible du Kansas, lorsque la porte battante laisse entrer de nouveaux clients. A leur grande surprise, il s’agit de Bass Reeves, un marshal noir, qui tient en respect les frères Dalton, poings liés derrière le dos. Bass est un vieil ami de Luke, il s’attable donc avec lui pour boire un coup. C’est alors que – deuxième surprise – un notaire les aborde avec une révélation de taille : Madame Constance Pinkwater, grande admiratrice de Lucky Luke, vient de décéder et elle a fait de son héros son unique héritier. Voilà l’homme qui tire plus vite que son ombre à la tête de la plus grande plantation de coton de Louisiane ! Luke explique qu’il est gardien de vache, pas agriculteur ; et qu’il n’est pas du tout intéressé par l’argent. Mais dans un premier temps, il n’a pas le choix : il doit rejoindre son exploitation car des centaines de familles d’employés (anciens esclaves fraîchement affranchis) attendent qu’il fasse tourner la plantation. Luke se sépare donc de Bass et des Dalton pour mettre le cap au Sud. Il s’attend à y croiser les fantômes de la guerre de sécession et de l’esclavage… mais sur sa route il croise en premiers deux jeunes buissonniers, appelés Tom Sawyer et Huckleberry Finn. Quand il arrive à proximité de ses terres, il intervient pour empêcher que deux blancs rouent de coup un noir. Il les met en fuite. Il ignore encore que dans le même temps, les Dalton s’évadent (déjà) du pénitencier où ils venaient d’être incarcérés. Ces derniers se font la malle en profitant de la bibliothèque ambulante. L’évasion par la culture…

Critique de Un cow-boy dans le coton

Lucky Luke hérite de la plus grosse plantation de coton de Louisiane… et des revendications de ses employés noirs et récemment affranchis. Pour la première fois, Luke face à la ségrégation : un album qui fait sens !Nous avions certes croisé à maintes reprises des porteurs noirs de ballots de cotons dans les albums de Morris (dans En remontant le Mississipi, entre autre). Mais il s’agissait toujours de personnages « de décors », toujours relégués au rang de seconds couteaux. On ne s’en était pas rendu compte, mais il aura fallu attendre le 81ème épisode de Lucky Luke (72 de l’ère Morris + 9 de l’ère Achdé) pour que le célèbre cow-boy soit confronté frontalement à des thèmes aussi primordiaux pour l’Histoire des USA que la ségrégation, l’esclavagisme et le Ku Klux Klan. Et cela fait formidablement sens avec notre époque, au regard des récentes émeutes raciales aux USA (et dans d’autres pays), quand bien même cette aventure a forcément été initiée par Jul et Achdé avant la mort de Georges Floyd. Luke se retrouve donc ici l’héritier providentiel de la plus grosse plantation de coton de Louisiane ; et bien qu’il n’ait ni l’âme d’un propriétaire exploitant ni le tempérament lucratif, il doit pour le moins mettre proprement cette affaire en ordre avant de retourner à ses aventures. C’est donc paradoxalement l’album des premières fois : première fois dans le bayou de Louisiane, première fois qu’il est si riche, première fois face au patois cajun, première fois la proie d’une tornade… Mais aussi première fois qu’il croise la route de mythes américains tels que Tom Sawyer, Huckleberry Finn et l’authentique Marshal Bass (qui a actuellement sa propre série chez Delcourt), qu’on voit en couverture aux côtés de Luke. Certes, le scénario de Jul n’est pas exempt de facilités (la tornade et son règlement, très pratiques), mais pour la richesse de ses propos, ses bons mots réguliers et sa capacité à rester malgré tout dans le personnage, il offre peut-être le meilleur Lucky Luke depuis l’ère Morris. Sans compter que le dessinateur Achdé livre encore une reprise fidèle et dynamique de la charte visuelle morrissienne, à l’aise dans tous les compartiments de l’exercice, en dépit du changement de décorum imposé.

Auteur de la critique

12Note générale
13Scénario / ambiance
13Illustration / couleur
Vous devez vous connecter afin de proposer une critique.
Il n'existe aucunes critiques pour cette bande-dessinée... Vous devriez peut-être vous en méler non?
Vous auriez un bonus XP, plus d'influence, et la gloire éternelle (probablement)!
devenir rédacteur

Comparateur bande dessinée

Trouvez le meilleur prix

Extraits

Photos 30

bande-dessinee