Prochain niveau: 2 EXP

couverture bande-dessinee La Flamme

La Flamme

Date de parution : 7 février 2020

Éditeur : Dupuis
Illustrateur : Jorge Gonzalez
Scénariste : Jorge Gonzalez
Coloriste : Jorge Gonzalez
Collection : Aire libre
Série : La Flamme
Catégorie : Sport
Public : 18
Isbn 9791034737222

Description de La Flamme

En 1903, Manuela accouche dans le quartier d’Avellaneda de Buenos Aires, d’un petit rouquin baptisé José. C’est le vétérinaire qui l’aide. A cette époque, le président du club de foot local décide de l’emplacement du futur terrain de foot, pour le Racing Club d’Avellaneda : un champ. Dix ans plus tard, José apprend le foot et il s’avère plutôt doué. Sa rapidité, sa dextérité et sa chevelure rousse lui valent le surnom de « la flamme ». En 1938, au sommet de sa carrière de footballeur, « la flamme » est devenu une star du Racing. Celui qu’on surnomme aussi « El ruso » (le russe !) est pourtant sur le point de raccrocher les crampons. Comme cadeau de départ, les dirigeants du racing lui offrent une poule en cage. Mais El Ruso restera attaché à ce sport et il tentera de transmettre cette passion à son fils Jorge, dès 1953. Le fiston s’avère pourtant plus intellectuel que sportif : il adore l’architecture. Il joue tout de même au foot en compétition, mais pas dans l’équipe première. Et si les journalistes s’intéressent parfois à lui, c’est plus en raison du glorieux passé de son père. Cela l’agace au plus haut point que le public l’acclame sous le surnom de « El rusito »…

Critique de La Flamme

Histoires de transmissions au sein de la famille Gonzalez : le foot, l’architecture, la BD… Les destins se suivent et les passions ne se transmettent pas. L’auteur argentin s’interroge au sein d’une œuvre-pavé personnelle, hermétique et austère.A travers la Flamme, l’argentin Jorge Gonzalez fait une plongée autobiographique dans la Mémoire de sa propre famille (sur les derniers 120 ans, en gros) et il interroge globalement sur la transmission et la vocation. Qu’est-ce qui fait qu’on transmet l’envie, voire même le talent ? Pourquoi transmet-on certaines choses et pas d’autres ? Comment définit-on sa vocation ? Est-il totalement évident d’éviter de projeter ses propres rêves à travers le destin qu’on tente d’infléchir chez ses enfants ? Autant de question dont on met généralement une vie à répondre, et dont on saisit parfois l’essentiel sur son lit de mort… Une chose est sûre : notre moment présent se campe entre les souvenirs et la destinée. Ok, la catharsis est donc ici patente. Gonzalez livre un travail sérieusement personnel et plutôt abouti dans le registre. Néanmoins, 276 pages quelque peu hermétiques pour aboutir à ces questionnements intimes, que tout un chacun est amené à se poser par moments sur le fil de sa vie, voilà qui ne risque pas de séduire le lecteur lambda. D’autant que si Gonzalez maîtrise indubitablement les codes narratifs de l’art séquentiel, il préfère ici se laisser porter par les muses de l’art contemporain, quitte à aligner des pleines planches de monochromes bleus, roses, gris (surtout gris charbonneux !)… totalement austères et souvent absconses. Et lorsque la narration séquentielle se déclenche, avec des personnages dessinés de manière stylisée, son dessin oscille sur une large palette de cases/planches qui n’ont en commun que l’austérité et l’hermétisme. Une œuvre personnelle et difficile…

6Note générale
10Scénario / ambiance
10Illustration / couleur
Vous devez vous connecter afin de proposer une critique.
Il n'existe aucunes critiques pour cette bande-dessinée... Vous devriez peut-être vous en méler non?
Vous auriez un bonus XP, plus d'influence, et la gloire éternelle (probablement)!
devenir rédacteur

Comparateur bande dessinée

Trouvez le meilleur prix

Extraits

Photos 30

bande-dessinee