Data Games nécessite l'utilisation de javascript pour mieux vous présenter ces univers bande dessinée, jeux vidéo, manga, comics, films et jeux de société.

Prochain niveau: 2 EXP

couverture bande-dessinee L' Age d'eau

L' Age d'eau

Date de parution : 12 janvier 2022

Éditeur : Futuropolis
Illustrateur : Benjamin Flao
Coloriste : Benjamin Flao
Collection :
Série : L' Age d'eau
Catégorie : Anticipation
Public : 18
Isbn 9782754831178

Votre bibliothèque

Votre avis sur l'album

Description de L' Age d'eau

Installé à l’arrière de sa barque à moteur bricolée, Hans Vogel traverse les anciens champs et zones résidentielles aujourd’hui recouverts par une crue définitive et irréversible. La montée des eaux a déstructuré en profondeur la société. Hans vient rendre visite à sa mère, Jeannes, qui s’est fabriqué un petit coin de subsistance sur un îlot esseulé. Le premier à l’accueillir, c’est le chien, d’une étrange couleur bleue. Sans se départir de son amour pour l’homme, ce chien semble doté d’une intelligence, d’une conscience aiguë. Hans apporte des bidons d’essence pour sa mère, ainsi qu’une bouteille de bon vin. Ils sont heureux de se retrouver. Ils trinquent, en attendant que Gorza, le frangin, les rejoigne. Gorza est un personnage à part : moustachu, muet, bourru, simplet, colossal, il passe le plus clair de sons temps sous l’eau, à plonger et pécher. Dans une vie parallèle, il est une loutre. Hans propose à sa mère de venir avec lui, car un jour ou l’autre, les autorités matérialisées par des survols incessants d’hélicoptères vont la trouver et la dégager. Mais Jeannes est une terrienne. Elle est heureuse en ermite, là où elle vit. Elle a son chien, son potager, sa tranquillité… Elle s’inquiète plus de l’équilibre de son fiston, qui rumine sa déception sentimentale. Elle se doute bien qu’il continue à canaliser sa colère en participant à des exactions contre une autorité quelque peu autoritaire. Hans donne des nouvelles de ce monde extérieur qui ressemble à un cauchemar climatisé, sécurisé, colmaté et étanche. Au point d’oublier que l’eau monte…

Critique de L' Age d'eau

Hans, son frère bourru et son chien bleu traversent la société post-apo de demain. La crue irréversible s’étend, des bribes d’humanité subsistent, un état autoritaire continue d’organiser le déni. Premier tome d’un diptyque magnifique et désespéré.Hé tiens, le réchauffement climatique, parlons-en autrement ! Puisqu’il est quasiment acquis que nous ne faisons rien pour l’empêcher et que nous serons incapables de faire grand-chose dans les années qui viennent, nous allons évidemment se prendre de plein fouet ses tragiques conséquences dans les gencives. Benjamin Flao nous donne donc à voir la France de demain, après une sévère et brutale montée des eaux. Des villes, des campagnes, des aéroports submergés et laissés en friches : après la pierre taillée, la pierre polie, bienvenu dans L’âge d’eau. Des îlots d’humanité survivent çà et là en autarcie, tandis qu’un état autoritaire tente de juguler les survivants dans un monde d’hier édulcoré qui continue le déni et les conneries. Dans ce contexte, nous suivons une fratrie de survivants marginaux. Il y a Hans le débrouillard, qui trimballe son cynisme et son désespoir. Son frère Gorza est une sorte d’ours, simplet, muet, aquatique, colossal, l’humanité à fleur de peau. Enfin, il y a ce chien bleu, qui nous révèle ses pensées humaines et particulièrement sagaces à travers le narratif de ce premier tome. Il y a ainsi cette part de fantastique dans cette mise en bouche légèrement erratique, mais pas moins intéressante dans le registre de l’anticipation post-apo. Ça ne ressemble à rien de connu et ça nous donne rendez-vous dans un second tome imprévisible. A part un monde en lutte et une contemplation ultime de notre quotidien en crue, il est difficile de deviner jusqu’à quel propos Flao veut nous faire voguer. Son dessin est une merveille. Certaines cases prennent le temps du détail, là où d’autres présentent un trait jeté rapidement… Or toutes sont d’un équilibre rare de composition, avec des proportions, des profondeurs saisissantes et des gueules d’une grande expressivité. Non mais à l’eau, quoi.

Auteur de la critique

11Note générale
10Scénario / ambiance
10Illustration / couleur
Vous devez vous connecter afin de proposer une critique.
Il n'existe aucunes critiques pour cette bande-dessinée... Vous devriez peut-être vous en méler non?
Vous auriez un bonus XP, plus d'influence, et la gloire éternelle (probablement)!
devenir rédacteur

Comparateur bande dessinée

Trouvez le meilleur prix

Extraits

Photos 30

bande-dessinee