Prochain niveau: 2 EXP

couverture bande-dessinee Le Cri du Moloch

Le Cri du Moloch

Blake & Mortimer T27

Date de parution : 20 novembre 2020

Éditeur : Blake et Mortimer
Collection : -
Série : Blake & Mortimer
Catégorie : Espionnage
Public : 18
Isbn 9782870972922

Description de Le Cri du Moloch

Le capitaine Blake a l'honneur d'être reçu par la reine d'Angleterre, accompagné de Sir Garrison de Scotland Yard et de William Deskitt, secrétaire du premier ministre. Lors de cette conversation, elle confirme son soutien à Blake qui a détruit le vaisseau Orpheus, et se montre sévère à l'égard des membres du gouvernement qui seraient tentés de soutenir le professeur Scaramian. Pendant ce temps, Mortimer réussit à convaincre le docteur en charge d'Olrik au Bedlam Hospice de tenter une nouvelle approche pour le sortir de son aphasie. Il faut à nouveau utiliser la formule qui avait réveillé Olrik lors de leur précédente rencontre en Egypte. Dans le dortoir, lorsque l'ancien ennemi intime de Blake et Mortimer entend la formule secrète au milieu des soldats du major Blanks, quelque chose se passe. De son côté, Blake va découvrir dans quel but Lilly Sing avait hébergé et protégé Olrik quand toutes les polices du royaume le recherchaient. Scaramian n'a pas non plus dit son dernier mot. Il a réussi à évacuer l'occupant du vaisseau spatial Orpheus VII détruit par Blake. La menace est plus présente que jamais, et le professeur va réussir à convaincre Mortimer de le suivre pour visiter un bateau apparemment abandonné sur les quais, entouré d'hommes en armes. Ses soutes recèlent une surprise de taille. Et bientôt la menace se déploie...

Critique de Le Cri du Moloch

Le vaisseau Orpheus détruit n'a pas éteint la menace, et Olrik va renaître de sa torpeur. Conclusion d'un épisode en deux volumes (suite du T22) scénarisé par Jean Dufaux, fidèle à l'esprit de la série. Jean Dufaux termine ici son diptyque entamé avec l'Onde Septimus (le tome 22), qui imaginait lui-même un prolongement à La Marque Jaune. L'essentiel était annoncé dans le volume précédent avec la découverte du sous-sol des hangars désaffectés de King's Cross. Cet épisode ira au bout de cette révélation. Un des éléments frappants de ce nouvel album est finalement l'absence de montée en puissance de l'intrigue, au milieu de multiples explications censées poursuivre les albums historiques de l'ère Jacobs. L'effort que déploient les auteurs pour faire vivre l'univers des personnages semble compter davantage que de nouveaux rebondissements, qui sont expédiés rapidement. L'intervention de la reine d'Angleterre en personne ne constitue pas un évènement suffisant pour tenir le lecteur en haleine, les références à La Grande Pyramide ou au Secret de l'Espadon n'apportent pas grand-chose lorsque le fil rouge de l'aventure n'a pas pris d'épaisseur. Qui d'ailleurs a réellement besoin de ces références permanentes qui montrent essentiellement que le scénariste a fait un effort de cohérence ? Sur le plan graphique, les deux jobs les moins enviables pour un dessinateur de bande-dessinée sont probablement repreneur d'Astérix et repreneur de Blake et Mortimer. On imagine la pression sur les épaules de Christian Cailleaux, nouveau venu aux côtés d'Etienne Schréder dans la lignée des successeurs, qui semble toutefois s'y livrer sans excès de zèle, ni stress excessif. Il s'en tire avec les honneurs, davantage dans la lignée de Van Dongen que de Juillard, imprimant une certaine légèreté dans ses cases rarement surchargées, voire une forme de platitude moderne dans ses décors. Les codes couleur font le reste pour restituer l'ambiance d'un album de la grande époque, et donner envie de plonger à nouveau dans une aventure classique. Les fans hardcore diront que ce n'est pas le meilleur des B&M d'après l'ère Jacobs, mais ils le liront avec sérieux en se réservant un vrai moment solitaire, espérant y trouver des émotions d'un autre temps. Et quoi qu'ils en pensent, ils attendront le prochain avec curiosité, non sans avoir relu leur Marque Jaune une fois de plus. Ah oui, et ils noteront peut-être que le whisky Kavalan qu'Alfred Spark et Blake boivent en page 28 est Made in Taiwan, et n'existait pas encore au siècle dernier. Doublement shocking !

9Note générale
9Scénario / ambiance
9Illustration / couleur
Vous devez vous connecter afin de proposer une critique.
Il n'existe aucunes critiques pour cette bande-dessinée... Vous devriez peut-être vous en méler non?
Vous auriez un bonus XP, plus d'influence, et la gloire éternelle (probablement)!
devenir rédacteur

Comparateur bande dessinée

Trouvez le meilleur prix

Extraits

Photos 30

bande-dessinee