Prochain niveau: 2 EXP

couverture jeux-video Assassin's Creed Origins

Assassin's Creed Origins

Date de parution : 27 octobre 2017

Série : Assassin's Creed
Catégorie : antiquite - mythologie
Style : jeu de rôle - action-aventure
Public : 18
Durée : Inconnue
Jeu multi : Inconnu
Nombre de joueurs : solo
Plateformes : ipad - iphone

18
Pour obtenir un bon cru venant de cette grande saga, quelques ingrédients sont indispensables. Prenez une temporalité passionnante comme la révolution française, l’âge d’or de la piraterie ou encore la renaissance italienne. Saupoudrez de souffle épique, de grands espaces à conquérir et mélangez le tout. Ajoutez un free-run simpliste, un gameplay d’infiltration non punitif et vous obtenez un épisode tout beau, tout neuf ! 

Le danger des acquis

Enfin, neuf… pas tout à fait. L’impondérable, comme disait l’autre, est ce qui parallèlement nous a fait aimer cette série : l’annualisation. Pourtant, au fil des épisodes, on la voyait à bout de souffle ; non contente de servir jusqu’à plus soif son poussiéreux système de combats, elle osait perdre en charme ce qu’elle gagnait en bugs fâcheux - et drôles. 
D’un Black Flag aux plages de sable enchanteresses, aux cocotiers rayonnants et au rhum abondant, nous avions eu le droit en 2015 à un Syndicate appelant bien moins à l’exploration, à l’émerveillement. Ubisoft Montréal a réagi et offert une gestation plus longue au AAA qu’est Origins, et bougre qu’il avait raison ! 

Le roi est mort, vive le roi !

Réussir à faire évoluer la série, tout en la gardant proche de ses fondamentaux : voilà le défi que se sont lancés les développeurs d’Ubisoft Montréal. L’univers incroyable de l’Egypte antique sublime l’idée même de l’exploration, où la faune croque la vie à pleine dents – de crocodile. 
Les graphismes de l’opus lui ont valu des louanges méritées, auxquels je me dois de saluer la performance technique. 
Le système de combat a lui aussi su trouver le chemin de mon cœur. L’ancien était agréable, mais par petites doses : cinq ennemis vous encerclaient, et attendaient que leur ticket soit celui appelé par notre héros pour se faire froidement…refroidir (je vous écris de Normandie). Celui d’Origins est clairement tourné vers un rendu Action/RPG très inspiré du sorceleur, le bien-nommé Géralt Deriv. Les quêtes ont également gagné en profondeur et qualité de narration bien que certains PNJ puissent parler tout naturellement alors qu’ils courent comme des dératés. 
Un must-have délivrant une soixantaine d’heures de jeu de plaisir!
0Note générale
10Gameplay / ambiance
10Graphisme
Vous devez vous connecter afin de proposer une critique.
avatar Redter

Redter
1 votes

Critique de Assassin's Creed Origins

Fait le 27-09-2018

J’ai abordé Assassin’s Creed Origins comme l’épisode canonique. Celui qui allait me faire oublier le gameplay « mono-touche » de la série. En toqué que je suis, j’aime terminer mes aventures à 100%. Ubisoft a longtemps été mon phare, pour ses open world et ses collectables disséminés un peu partout, comme une gigantesque chasse aux œufs de pâques...Les épisodes se succédant, j’ai éprouvé une énorme lassitude : les mêmes mécaniques se présentaient devant moi. Je devinais les rouages et intrigues à venir, comme omniscient. Le nouvel Assassin’s Creed a gardé le même squelette un peu crade, au grand dam de mon envie de nouveauté.  Mi-figue, mi-raisin C’est vrai qu’il est bien foutu ; je trouve l’idée de l’Egypte ancienne idéale, et je pourrais passer des heures à prendre des photos débiles !Hélas, je trouve cette nouvelle formule surcotée et j’espère qu’elle n’est pas la recette miracle des prochains épisodes. En adepte de l’infiltration, j’ai été assez agacé de voir l’intelligence artific
Voir cette critique en entier

16 / 20
Note générale
14 / 20
Gameplay / ambiance
16 / 20
Graphisme

Extraits

Photos 30

jeux-video