Data Games nécessite l'utilisation de javascript pour mieux vous présenter ces univers bande dessinée, jeux vidéo, manga, comics, films et jeux de société.

Prochain niveau: 2 EXP

couverture comics Predator : Concrete Jungle

Predator : Concrete Jungle

Date de parution : 23 octobre 2020

Éditeur : Vestron
Coloriste : Stéphanie Hans
Collection :
Série : Predator : Concrete Jungle
Catégorie : aventure
Public : 18
Isbn 9791095656463

Votre bibliothèque

Votre avis sur l'album

Auteur de la critique

Description de Predator : Concrete Jungle

La ville de New York, à l’été 1995. Une canicule s’y est abattue et au travers des constructions en béton de la Grosse Pomme la chaleur s’immisce. Bien plus que la terrible canicule à l’été 1987, celle-ci semble amplifier les meurtres et les accès de démence dans la ville. Dépêchés sur une scène de violence conjugale meurtrière tristement banale, les policiers Schaefer & Rasche sont rapidement envoyés vers un building désaffecté des bas-fonds de la ville, où une altercation entre dealers de drogue s’est transformée en un vrai carnage. À leur arrivée les 2 enquêteurs découvrent stupéfaits que les bandes rivales ont été prises à partie par un seul individu lourdement armé, qui en a laissé des cadavres salement écorchés et amochés. Un massacre similaire se produit pendant ce temps laissant des dizaines de corps mutilés. D’après le général Philips, qui était proche du frère de Schaefer, Dutch, disparu il y a trois ans dans une jungle en Amérique centrale, un chasseur redoutable se cacherait derrière le tueur de New York. Shaefer décide alors de le débusquer à tout prix.

Critique de Predator : Concrete Jungle

Vestron frappe un grand coup, dans sa ligne directrice sensationnelle : la réédition d’un grand classique des comics du début de la décennie ’90. La suite officielle de l’œuvre ciné originale de 1987, Predator Concrete Jungle ! Initialement sorti chez Zenda en version colorisée en 1991 en France, ce comic-book avait été bien accueilli par les fans puis disparut progressivement par manque de réédition. Cette fois, 30 ans plus tard, Predator Concrete Jungle ressort enfin. Vestron, en clou du spectacle, a eu la bonne idée de rééditer la version d’origine blanc et noir de Mark Verheiden, au scénario, et Ron Randall / Chris Warner, aux dessins, en retravaillant et en réadaptant l’œuvre originale. Le choix est plutôt payant, on peut le dire. L’aspect cru et monochrome du comic permet en effet de cadrer avec l’ambiance poisseuse de l’été 1995 à New York qui sous-tend le récit de Mark Verheiden. Celui-ci va prendre quelques éléments essentiels du film de John McTiernan pour passer d’une jungle en Amérique centrale à une violente jungle urbaine mettant ensemble flics désabusés et trafiquants sans vergogne. Un véritable vivier pour les Predators qui se mettent donc en chasse. Le scénariste affirme d’autant plus la continuité avec le film originel en mettant le grand frère de Dutch, Shaeffer, personnage de premier plan. Quand Dutch (qu’Arnold Schwarzenegger incarnait à l’écran) affrontait le Predator en pleine jungle, Shaefer lui s’en charge à New York. Tout l’intérêt de la narration de ce grandiose Predator réside d’ailleurs dans ce récit enchevêtré. Côté dessins, l’articulation des planches et le travail peaufiné de Ron Randall et Chris Warner affichent le style des années 80, voisin du polar urbain reflétant pleinement l’univers de la série à peine débutante et le scénario de Verheiden. Au-delà d’être la suite officielle du film Predator en comic book, Predator Concrete Jungle a, au final, posé de solides bases préfigurant déjà la sortie en 1990 de Predator 2. Une œuvre qu’il faut donc découvrir ou redécouvrir absolument.
14Note générale
14Scénario / ambiance
14Illustration
Vous devez vous connecter afin de proposer une critique.
devenir rédacteur

Comparateur comics

Trouvez le meilleur prix

Extraits

Photos 30

comics