Prochain niveau: 2 EXP

couverture comics Le Royaume écarlate

Le Royaume écarlate

Lord Baltimore T8

Date de parution : 23 septembre 2020

Éditeur : Delcourt
Coloriste : Stéphanie Hans
Collection : Contrebande
Série : Lord Baltimore
Catégorie : strange - aventure
Public : 18
Isbn 9782413027539

Description de Le Royaume écarlate

Ce soir du 1er janvier 1925 devant le feu qui brûlait à l’intérieur de sa cheminée, l’amiral Sir Hugh Sinclair, Directeur du MI6, adressa au Premier Ministre Stanley Baldwin une correspondance. Cette correspondance fut classée secret défense. Cependant en voici un extrait : « Excellence Monsieur le Premier Ministre, je vous adresse ce rapport alors que je n’aurais jamais pensé avoir le faire, quand je prenais mes fonctions ici aux Affaires Étrangères, il y a peu. En réalité, nous étions convaincus que la guerre tendait vers sa fin et nous avions rejoint nos proches dans un souci de sécurité. Nous ignorions qu’en fait que la guerre allait prendre une toute nouvelle tournure. La conséquence fut de constater des millions de pertes en vies humaines. Les adeptes du Roi Rouge que nous avions jusque-là sous-estimé venaient de nous montrer leur force. Hélas, il était trop tard pour riposter, les dégâts avaient déjà eu lieu. Le royaume du Roi Rouge commença dès lors à s’étendre sans cesse. Rien qu’à entendre son nom, les peuples tremblaient de peur. Son influence a très vite gagné du terrain. La grande Russie verra sa chute et décida donc de passer avec la Chine un pacte. Ainsi, nous ne devions plus rien espérer venant de l’Orient. J’attends donc vos ordres sur la conduite à tenir. Si vous avez une solution à tout ceci, je vous prie, Monsieur le Premier Ministre, de me la faire savoir au plus vite.»

Critique de Le Royaume écarlate

Pour une fin, ce n’était clairement pas ce que l’on espérait. Elle est décevante. Seuls les fans hardcore du Mignolaverse pourront la lire. Lord Baltimore n’arrive malheureusement pas dans ce récit à incarner le personnage attachant qui lui était pourtant prédestiné. La vision apocalyptique que cultive Mike Mignola, auteur de ce récit, a fini par rendre l’histoire moins intéressante. Il est vrai que les scènes d’actions pensées ont eu leur effet, de même que les monstres, les vampires et les autres créatures chtuloïdes. Là n’était pourtant pas la question. L’aspect dramatique qui a été donné à la série à travers de longs dialogues lui a fait perdre tout le charme qu’on lui connaissait. En effet, c’était devenu presque du remplissage parce qu’on avait l’impression de lire et relire la même chose. Ça donnait l’impression du déjà vue. De cette façon, rien de fascinant n’attirait l’attention du lecteur. C’est un peu comme les feuilletons d’amour qu’on suit à la télé. Même si certains trouvent des tournures différentes, on connaît tous la ligne d’arrivée qu’ils franchiront. Et comme cela, on finit par être lassé de suivre le feuilleton à un moment donné. En conclusion, on pourrait dire que Mike Mignola et son complice à l'écriture, Christopher Golden, sont passés à côté de leur œuvre. On en attendait mieux venant de leur part. Toutefois, on peut féliciter Peter Berting pour le travail remarquable qui a été effectué. C’est aussi le cas de Michelle Madsen en ce qui concerne le beau boulot réalisé au niveau de la colorisation. La médiocrité de l’histoire est presque venue étouffer la reconnaissance qui leur est due pour le dur labeur de ce qu’ils ont accompli.
9Note générale
10Scénario / ambiance
8Illustration
Vous devez vous connecter afin de proposer une critique.
devenir rédacteur

Comparateur comics

Trouvez le meilleur prix

Extraits

Photos 30

comics