Prochain niveau: 2 EXP

couverture comics Captain Ginger

Captain Ginger

Date de parution : 23 septembre 2020

Éditeur : Delcourt
Coloriste : Stéphanie Hans
Collection : Contrebande
Série : Captain Ginger
Catégorie : aventure
Public : 18
Isbn 9782413027607

Description de Captain Ginger

Le captain Ginger et son équipage à bord de l’indomptable font face à une attaque des Lumen. En seulement quelques minutes, les boucliers de leurs vaisseaux ainsi que les faisceaux à particules étaient hors service. Les aliens avaient donc plus de faciliter à tous les éliminer. Le second de Ginger, le Sergent Mitaine file s’enfermer dans le bunker. Difficile de lutter sans boucliers et armes déjà hors service. Que faire ? Pendant qu’ils réfléchissaient, les aliens lançaient une nouvelle attaque. Au milieu de tout çà, venait d’apparaître deux bonnes nouvelles, l’une concernait les relais sublight qui allaient tenir la route selon le mécano et l’autre concerne la faille du vaisseau des Lumen révéler par le Sciencecat. Cette faille était leur point faible. D’ailleurs, les Lumen s’assuraient de le maintenir hors de portée. Pendant que tous ces échanges, les Lumen profitaient pour effectuer un nouvel assaut. Fort heureusement, les dégâts sont minimes. Le Captain Ginger va donc décider d’établir avec le vaisseau ennemi, une connexion. Leur fréquence a été localisée par le Sciencecat. La connexion venait d’être établie et personne du côté des Lumen ne parlait. Ginger n’en avait rien à foutre, il voulait juste qu’eux l’entendent. Il va leur dire ceci : « Votre attention, vaisseau Lumen ! Ici Captain Ginger. Il est dans notre nature, nous, les chats, de préserver la vie mais vous nous avez poussés à bout. Nous nous préparons à lancer notre arme d'anéantissement total. Retirez-vous sur le champ ! ».

Critique de Captain Ginger

Le Captain Ginger est un comics animalier très intéressant qui raconte l’histoire d’un groupe de chats qui survit à bord d’un vaisseau spatial. Des matous dans l’espace, ce n’est pas un truc qu’on entend tous les jours… Quand vous verrez SF, sachez que cela veut dire Super Félins. Walter Simonson, dans la préface de cette histoire, dit tout le bien qu’il pense. D’ailleurs, le récit nous emmène dans un monde inconnu, le monde des chats et leurs coutumes. Vous allez aussi sans doute apprécier le design de l’indomptable, le vaisseau des gros félins. Vous ne verrez pas dans cette histoire, une minime trace d’hommes. Stuart Moore fait sa série pour le fun mais on estime que son amour pour les chats est grand au point d’écrire toute une série basée sur eux et même d’en faire des héros. Humour comme fun, vous en aurez en lisant les cinq chat-pitres de ce récit. En outre, niveau graphisme, vous allez kiffer les dessins de June Brigman, celle qui a consacré une bonne partie de sa carrière en illustrant des publications jeunesse. June va aussi bénéficier de l’encrage de Roy Richardon avec qui elle avait auparavant signé de nombreuses œuvres. Il est important de reconnaître aussi le travail de Veronica Gandini. Ces couleurs acides et saturées vont donner d’autres dimensions aux dessins. Cette histoire même si elle ne va pas jouir de grandes distinctions en tant que tel, a ce truc qui va vous faire aimer d’une manière ou d’une autre ces boules de poils maniant lasers et hyperespace.
11Note générale
9Scénario / ambiance
9Illustration
Vous devez vous connecter afin de proposer une critique.
devenir rédacteur

Comparateur comics

Trouvez le meilleur prix

Extraits

Photos 30

comics